mercredi 6 juillet 2011

Introduction

Introduction.
Nous avons eu tendance chez nous à considérer les Chinois comme un peuple à la traîne, dans le meilleur des cas. La population était exploitée à outrance avec l'usurier de campagne qui profitait des calamités et des mauvaises périodes pour acheter les céréales à bas prix et les revendre très cher aux moments des semailles. Les marxistes et peut-être Karl Marx lui-même avait inventé un terme pour montrer que la Chine dérogeait à l'évolution normale du monde industriel en parlant de "mode de production asiatique" qui ne pouvait que déboucher non sur la révolution communiste mais sur une impasse. On se souvient des famines, des femmes aux petits pieds, des mandarins aux longs ongles afin de ne pas travailler, de l'opium, des inondations gigantesques qui déplaçaient le lit des fleuves Jaune et Bleu de 1000 km. Et puis l'opium, les pousses pousses, "Interdit aux chinois et aux chiens" et Tintin et le Lotus Bleu.

Des générations ont vécu ainsi avec des vases de porcelaines et des œuvres chinoises magnifiques tout en crachant sur la population veule et illettrée. Et puis Mao Tsé Tung s'empare du pouvoir en 1949, lance la révolution culturelle et bien d'autres erreurs. Lui succède son ennemi intime, Deng Xiaoping, qui tout en maintenant la ligne du parti communiste ouvre le pays à toutes les révolutions industrielles qui étaient passé à côté de son pays.

Aujourd'hui, la Chine est en passe de devenir un très grand dragon à côté des petits lancés en éclaireurs. Deviendra-t-elle aussi démocratique qu'eux. On ne peut parier ni dans un sens car les Chinois se rendent compte que les Européens parviennent à tenir leur pays sans dictature ni dans l'autre, la démocratie n'a existé ici que de 1911 à 1949 puis il y a eu un communisme féroce dont on voit encore aujourd'hui la main mise sur tous les organes d'expression politique et social. Or contrairement aux communistes européens qui se sont effondrés sous les coups du capitalisme, la Chine se porte bien même si la pollution et la justice sont encore les derniers soucis des dirigeants.

En fait personne n'a de leçon à donner ni à recevoir de personne. Chaque groupe ou état vit sur son erre et ce ne sont que de grands évènements, réussites ou catastrophes, qui peuvent les en sortir.

1 370 000 000 chinois.
Que signifie vivre à 1,3 milliards pour les Chinois? 

Nous avons l'habitude de dire que les dirigeants dirigent et les dirigés sont dirigés. C'est inexact. Personne ne dirige ni n'est dirigé. Quand nous allons au travail, il y a un chef au dessus, des collègues à côté et des subordonnés en dessous si nous ne sommes pas les derniers de la hiérarchie. 

La hiérarchie a bon dos. Ce dont un humain a besoin c'est de ressources de vie et de ressources de reproduction. Les ressources de vie d'un humain c'est tout ce qui contribue à sa vie et qui le différencie des autres espèces. Il y a de l'alimentaire, certes, mais des routes, des villes, des logements, des sciences, des loisirs et surtout des États. 

Faire naître un enfant est chose naturelle mais il lui faut sa place: sur le trottoir, dans l'immeuble et partout où il se déplace. Si aujourd'hui il y a 7 milliards d'humains, c'est parce qu'il y a 7 milliards de place pour les humains. Pour que cela fonctionne, il faut que plus ou moins tout le monde respecte tout le monde. Comme la quête des ressources de vie est devenue de plus en plus collective et que les humains ont inventé le travail où tous les humains contribuent à créer des ressources de vie en commun et où ensuite ils se les partagent sans en venir systématiquement aux mains grâce à la monnaie, la place de chacun est sacrée. Essayez de traverser l'appartement de votre voisin pour aller chez votre ami qui est à côté, vous comprendrez ce que cela signifie. Mettez-vous demain dans le fauteuil de votre contre-maître et commencez à donner des ordres à sa place: le résultat sera aussi péremptoire.
Donc en Chine, comme en France cela fonctionne de la même manière. Qu'il y ait des prisons privés, de la corruption ( pas chez nous?), pas d'élections, un seul parti qui a tous les organes politiques et sociaux en main, ce n'est que le petit bout de la lorgnette. Tout ce que l'on peut concéder c'est que le Français de souche n'accepterait peut-être pas un certain nombre de choses s'il devait vivre définitivement ici. Qui dit que les Chinois ne ressentiraient pas la même chose chez nous. Mais en France, les Français sont heureux. Et bien il faut dire qu'en Chine, les Chinois le sont de la même manière. Avec des hauts et des bas, avec des époques fastes et d'autres moins bonnes.
Donc nous ne dirons pas comme les maoïstes de 1968, que la Chine est le phare de la démocratie et nous ne dirons pas le contraire non plus. Nous ferons une belle tautologie darwinienne: si nous étions chinois, nous serions chez nous en Chine mais comme nous sommes français, notre pays est la France. Nous allons décrire mais non juger quelques uns de ces 1,3 milliards de chinois. 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire