samedi 30 juillet 2011

samedi 30 juillet 2011 - Jardin de l'Harmonie Préservée

Reportage - samedi 30 juillet 2011 8:14Tu te rappelles peut-être de Jared Diamond . C'est cet auteur qui se pose la question "Mais pourquoi ce ne sont pas les Incas qui attaquent Madrid en 1539, mais Pizarre qui à Cajamarca écrase Atahualpa?". Il estime que ce qui dessert la Chine, c'est son monolithisme alors que l'Europe est divisée en une grande quantité d'états. Ainsi Christophe Colomb s'était d'abord adressé au Roi d'Espagne pour obtenir une flotte en vue de la découverte de l'Amérique ( il cherchait l'Inde). Comme on le lui avait refusé, il s'était tourné vers la République de Gènes qui s'était empressé de financer son voyage dans l'espoir de fameux gains. En Chine, au XV° siècle, un empereur a estimé que la Chine n'avait pas besoin de visiter le monde et le tour de l'Afrique par des bateaux chinois. Les découvertes chinoises sont restées sans lendemain.

C'est un peu le sentiment que l'on a ici. Il y a un seul centre de décision pour plus d'un milliard d'humains. C'est le monolithisme total. Nous en avons déjà parlé: en gestion de la direction d'entreprises, il y a deux écoles. L'une dit: il faut choisir le meilleur gestionnaire et lui laisser choisir son équipe. Plus les gens s'entendent, plus loin ils vont. L'autre estime, au contraire, que l'équipe doit être constituée de personnalités très différentes qui peuvent parfois entrer en conflit, mais cela permet de voir une catastrophe arriver puisque les sensibilités sont différentes. Il y a donc d'un côté le fonctionnement chinois et soviétique et de l'autre celui des Européens qui sont plus nombreux que les Chinois mais organisés en plusieurs dizaines d'états.
Pas facile la gestion du monde. Que ferais-je quand je dirigerai la Terre?

Aujourd'hui, dernière visite de groupe: le Palais d'Eté. Depuis les deux précédents voyages aux résultats mitigés, je me pose la question s'il faut y aller. Eh bien si. J'ai beaucoup vadrouiller seul cette semaine, on rejoint le groupe.

En fait voyage organisé ou voyage personnel, il y a des avantages des deux côtés. A plusieurs, on peut voir plus de choses et se faire des commentaires. Seul, on vise des choses précises et on approfondit. Il faut faire les deux.

Reportage - samedi 30 juillet 2011 21:38Le voyage organisé dépend beaucoup des personnes qui le composent. Il peut y avoir une bonne ambiance mais aussi des gens qui gâchent tout. Malgré cela les gens ont tendance à rester entre eux et on passe à côté de beaucoup de choses.

La journée  a été très chaude. Notre groupe a d'abord visité le village olympique de 2008. C'est géant. 





Puis amitiés à la dynastie des Qin - les derniers - qui ont construit le Palais d'été.

Ce qui pose problème c'est qu'à Pékin on trouve des temples et des palais des empereurs mais pas d'hôtels particuliers des puissants depuis le XVI° au XIX° siècle. Certes, beaucoup avait des palais à la campagne. Mais n'en avaient-il pas à Pékin? Il faudra éclaircir cela.
Ce palais est impressionnant, il y aura quelques photos









Ethologie
1 - Voyage à Pékin.

En 1979, il y a la Pologne, puis quelques années plus tard, la Tunisie. Les photos ne plaisaient pas car on y voyait peu d'humains. En juin 1989, encore une expédition d'une semaine avec Percq et une de ses connaissances pour les premières élections démocratiques en Pologne.
L'image emblématique de ce voyage à Pékin ce sont les rues populeuses et populaires arpentées en compagnie de Monique ou seul. Il restait des souvenirs d'octobre 2006, précédent passage en Chine sous forme de voyage organisé par des amis: Pékin, Shanghai, Luyong, Sian et Suxhou. Le souvenir des tours champignons qui dépassent celles de Paris. 
Mais le bilan de cette année 2011 ce sont quand même des temples sans vie que l'on reconstruit périodiquement et qui ne portent aucune trace du passé, une histoire d'un empire écrasant à qui a succédé un parti communiste tout aussi inatteignable. Mais ne faut-il pas l'accepter comme cela: dans tout état où la population évolue aux delà de centaines de millions d'habitants et étant donné que cet état doit maîtriser une telle quantité d'humains, le pouvoir ne doit-il être distant, lointain et décisif? Le choix est entre la crainte des bêtes sauvages ou bien une organisation rigide qui annihile ces craintes.
Pour se protéger contre cet écrasement, il faut néanmoins des entourages familial, affectif, et professionnel solides. Il faut également un certain culte de l'indifférence au nombre et à la mort.

2 - Il n'y en a que pour l'empereur.

Tous les palais de Pékin et tous les temples appartiennent l'empereur. Où habitait l'aristocratie et les riches? Ils figurent dans les livres d'histoire, dans les annales et dans les textes qu'ils ont pu écrire. A Qufu, il reste la résidence des Kong ( descendants de Confucius) et même à Pékin on peut dénicher la Résidence d'un Prince Gong construite au XVIII° siècle. Il serait intéressant d'avoir un plan de Pékin du XV° au XIX° siècle où pour chaque siècle figureraient les palais des grands personnages de l'État.
Nos amis ont des comportements paradoxaux. En France, ils évitent les cathédrales et les châteaux mais ici dès qu'il il y a un palais ou un temple, ils n'ont de cesse de le visiter.
Au temps des communistes, il y avait des résidences réservées aux grands dirigeants et aux militants méritants. N'était-ce pas la méthode impériale? Comment percevait-il les impôts aux temps de empereurs? Quel en était leurs  poids sous les Ming en comparaison avec ceux de Louis XIV? L'ennui c'est que cela nous est décrit et raconté par les enseignants, une catégorie sociale modeste et qui voit l'impôt comme une charge plutôt injuste alors qu'il n'y a pas d'État sans impôt et pas de supériorité des humains sur les autres espèces sans le groupe ou l'état humain.

3 - A quoi cela sert-il de visiter Versailles?

A l'époque où le château a été construit, y vivaient le Roi, Le Reine, la Famille Royale ainsi qu'un certain nombre de personnes importantes qui les servaient. Le regroupement dans cette prison dorée asservissait encore plus l'aristocratie au Roi. C'était le XVII° siècle.
Il fallait que ce soit grand et beau et c'est toujours grand et beau. Mais aujourd'hui c'est le peuple qui veut s'y promener. Pour quelle raison? Il veut savoir dans quel luxe vivait le Roi Soleil. Il aime ce qui est beau, grand et exceptionnel. Il ne faut pas en déduire qu'il est royaliste ou qu'il souhaiterait être Roi. Il aime cela comme il aime toutes les constructions exceptionnelles et tous les phénomènes naturels qui sortent de l'ordinaire même si certains préfèrent les uns et d'autres les autres.
Dès qu'il y a quelque chose d'exceptionnel ou de beau à voir, il y a toujours des humains pour le visiter. Tout simplement.

4 – L'être et le néant éthologiques.

Nous devons nous habituer à l'existence d'un si grand nombre d'humains. Mais que sont les humains déjà si nombreux face aux milliards de milliards d'autres vivants, plantes ou animaux.
Comment concilier l'infini de notre conscience – car elle n'est pas dénombrable – et le quasi infini des vivants – car il est théoriquement dénombrable: même les grains de sables des plages correspondent à un nombre fini. Peut-être en mettant ces deux infinis en regard: c'est parce que nous concevons l'infini et l'éternité comme l'horizon de notre conscience que nous pouvons appréhender l'idée de l'infini de l'Univers.
L'infini de notre conscience comporte un piège mortel, celui de ne pouvoir nous penser nous morts, et l'infini de l'univers, celui de nous réduire à un quasi néant de notre vivant.
Comment éviter ces deux écueils? En les renvoyant l'un à l'autre: si je pense la mort, je pense ma réduction à néant.

5 - Darwin: sélection naturelle et sélection sexuelle.

La sélection naturelle concerne la protection d'une espèce par rapport à toutes les autres espèces et par rapport au non vivant. Il y va de l'imitation de l'environnement afin de se rendre invisible, de porter des couleurs criardes afin que les prédateurs pensent que l'on est immangeable et de bien d'autres ressources qui permettent de s'échapper à temps.
La sélection sexuelle concerne le partenaire à l'intérieur de l'espèce: l'attirer, le charmer, le retenir et réussir la reproduction. Ce qui est notable, c'est que chez un très grand nombre d'animaux il y une quasi lutte à mort entre tous les mâles pour l'obtention de l'accès à la femelle. C'est peut-être ce fait qui amène les humains à considérer que les animaux sont sauvages et les humains civilisés. Les humains ont inventé le mariage éternel monogamique ou polygynique à cet effet. C'est pour cette raison qu'il sont plus nombreux que la plupart des animaux. Mais ils ne sont pas plus nombreux que certains insectes ou certaines plantes.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire