mardi 26 juillet 2011

mardi 26 juillet 2011 - Musée de la Capitale

Reportage - mardi 26 juillet 2011 22:10
La journée a été très belle. Le ciel était bleu sans aucun nuage et il y avait une légère brise qui adoucissait le tout. Mais vers 18h, le temps a tourné à l'orage et maintenant il tonne et il y a des éclairs. On dit qu'à Pékin en juillet et août c'est une petite mousson. Malgré cela, le climat est quand même très propice aux humains et on comprend qu'il soit aussi nombreux car les terres sont très fertiles aussi.

C'était le jour de la visite du Musée de la Capitale. Encore un monument immense que la France pourrait lui envier car il n'en existe pas d’approchant. L'intérieur est traditionnel: comme pour le musée de Paris, on aime sa ville et ses traditions. Il y a moins de découvertes qu'au Musée National.

Vivre en Chine pour moi est-ce possible ? Oui et non. Dans le même sens que nous le pensons pour la France. Nous y vivons et globalement nous sommes satisfaits car nous sommes chez nous. C'est important de  se sentir chez soi. Cela fait supporter beaucoup de situations désagréables car on voit difficilement où l'on pourrait aller ailleurs. Mais une fois qu'on est là, on souhaite que des choses fonctionnent mieux et parfois le mécontentement en arrive à couper la tête à Louis XVI. Donc si on est d'accord avec tout cela, eh bien oui, en Chine, il est possible de vivre.

Tous les humains ne peuvent pas penser la même chose ? Mais c'est anti éthologique: nous sommes tous en concurrence larvée ou ouverte pour nos ressources de vie et pour nos ressources de reproduction. Et même si on arrivait au paradis sur Terre il y aurait toujours un moustique qui nous donnerait la dengue ou le bacille de Koch qui nous offrirait la tuberculose. 




























Ethologie
Comment écrire le blog sur la Chine?
Question 1: Définir qui parle? C'est le groupe qui m'a construit depuis ma naissance et que la traçabilité exceptionnelle pourrait noter. Il y a des proches, toutes les personnes côtoyés en fonction du temps et de leur influence et les lointains et qui donnent de la consistance au lieu de la géographie de l'éthologie humaine que j'occupe: ce qui m'apporte l'essentiel de mes ressources de vie par le travail.
Fait 1: « JE » est un étranger à Pékin, comme un « JE » pékinois présent à Paris y est étranger. C'est symétrique, pour l'éthologie mais peut-être pas pour aucune de nos sciences humaines. Peu importe. L'éthologie est plus proche de la biologie que de la psychologie.
Faits 2: Ces deux « JE » ont des ancêtres communs. A développer mais déjà connu.
Question 2: Comment une espèce se divise en deux espèces? Darwin en parle dans son voyage à bord du Beagle au sujet des gros becs. Il faut une coupure et une séparation totale, un territoire commun pour la nouvelle espèce, une vie commune et du temps.
Nous connaissons la durée de l'espèce homo sapiens – environ 200 000 ans – qu'il ne faut pas confondre avec le genre homo qui se sépare du reste de l'ordre des primates, il y a 3 millions d'années.
A la lumière des connaissances actuelles, 200 000 ans de séparation chez les humains ne suffit pas à créer des espèces différentes. Est-ce la règle ou l'exception, il faudra approfondir ce sujet mais ils créent ce que nous appelons des différences éthologiques et que Darwin appelait d'un mot qui ensuite une carrière périlleuse, de race, un mélange de biologie plutôt superficielle et de culture profonde.
Question 3: selon la théorie de la dernière sortie d'Afrique, les humains sapiens ont suivi des chemins de pénétration de l'Eurasie différents, là où ils y avaient des moyens de communications ( rivières et mers) et des ressources de vie. L'occupation moyenne des lieux dure environ 30 000 ans car c'est à partir de cette date que l'on commence à trouver beaucoup d'artefacts.
Question 4: Tous ces artefacts devraient nous donner la date au plus tôt et la date au plus tard où ils ont pu avoir été créés. On pourrait définir si dès cette époque il y avait des groupe en avance et d'autres en retard. Plus de trois millions d'années ou bien l'ont-ils acquis entre cette date et aujourd'hui? Quel est le pas suivant à ce langage des babouins. Les langages des actuels hommes de pierre – s'ils n'ont pas tous disparu – ne pourrait-ils pas nous apporter un peu d'information. Comment modéliser l'apparition d'un langage vocal? Est ce que les mots communs à toutes les langues ne nous donnent pas déjà une forme de vocabulaire de base. En chinois, maman c'est mama.
On peut faire une hypothèse: dès que les groupes ou états se développent, l'enrichissement de la langue paraît nécessaire.
Des groupes ou états plus importants se forment selon même modèle que la concentration des entreprises depuis 60 ans avec uniformisation de la gestion, une seule autorité, des économies d'échelles, et de la synergie/créativité.
Il faut séparer l'avant et l'après néolithique car la révolution agricole apporte un saut qualitatif important. Autant pour la première époque, nous sommes démunis, autant la seconde préfigure déjà l'histoire que nous connaissons mieux.
Cela ne nous donne-t-il pas les grandes superfamilles des langues humaines? Ne faudrait-ils pas laisser les petites superfamilles de côté?


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire